La Peste, le Choléras et la Variole à Las Vegas

De nouveaux Savoyards se sentaient prêts à affronter Vegas et son putain de casino en ce mois d'août 2003. La Mini Peste impatient de retrouver sa dulcinée Américaine avaient organiser ce petit trip pour son grand frère La Peste et TomTom des Bois dit le Choléras.

Mini Peste et son cousin Greg ainsi que Tom et Zin, prêts à en découdre avec les cow-boys de Vegas.

La bande de Savoyards se donnant du baume au cœur avant le combat... que c'est dur de partir en guerre et de laisser derrière soi femmes et enfants ;)

Un dernier regard au loin comme pour dire: "Hey les gars, on va vous bouffer à la table... regardez un peu les masses que nous sommes!".

Le Mirage... hey hey...
cave 50 $, limit 3-6 $: Zin: +125 $,  Tom: -50 $
Télécharger leurs vidéos:
Vidéo à l'entrée du Mirage: ici (664 ko)
Vidéo à la sortie du Mirage: ici (824 ko)


Le Binion...
 ave 50 $, limite 2-4 $: Tom +25 $, Zin: -18.5 $ et MiniZin +12  $

Télécharger leurs vidéos:
Vidéo à l'entrée du Binion: ici (536 ko)
Vidéo à la sortie du Binion: ici (504 ko)

J'avais également filé 50$ et demandé à mon frère Tom de jouer 3 studs à fond (quoi qu'il arrive... tout en pensant aux steaks). Après avoir mis une petite technique (à 2 balles) avec Zin en faisant le signe 3 avec les doigts comme pour faire croire au brelan, Tom fit appel à la grande chatte des Steaks et s'assis à une table de Stud 1-5$ au Bellagio. Il remporta la première avec  nib, perdit la seconde et la 3ième. Malgré cela il se sent trop fort au Stud maintenant car il peut s'enorgueillir d'avoir gagner un Stud à Vegas. Une rumeur dit que sa vision du Stud a complètement changé maintenant ;)

 

Le compte rendu de DZin la Peste:

Las Vegas 2003

 Pendant notre périple aux Etats-Unis nous avons passé 4 jours et 3 nuits à Las Vegas. Las Vegas, ville de jeux, de sexe et d’alcool, enfin surtout jeux et alcool… 4 jours et 3 nuits très, très chargés. La première nuit s’est déroulée en mode crochetage, crochetage d’alcool. En effet à Vegas dès que l’on mise le moindre cents dans un casino une serveuse arrive et vous sert à boire en échange d’un petit pour boire (ça doit être comme ça en France aussi). Du coup on a passé la nuit a s’allumer en remontant le Strip (artère de Vegas). Mais ceci ne doit pas vous intéresser.

Après un lever difficile, quelque gorgés de Sprite pour se sauver la vie et un Mc Dal, Tom et moi sommes partis direction The Mirage. Dix minutes de dernière concentration avant que des places se libèrent et qu’on nous appelle puis c’est parti.  Tom s’assoit en premier, puis 5 minutes plus tard, à une table différente, c’est mon tour d’entrer dans le grand bain. Le jeu est le Texas Hold’em joué en limit à 3-6 dollars et je rentre avec 50 dollars. Un peu tressé, je décide d’entrer dans le jeu juste avant que je sois au surblind. Ce qui signifie que je vais devoir payer trois fois (bien vu l’aveugle). Première partie nib. Deuxième partie paire de 4, ce qui fait brelan au flop. Mais bon j’étais pas trop serein à cause du contexte, pourtant j’aurais du. Partie gagnée. Puis dès la quatrième partie, je suis dealer, je me chope une petite paire de rois…heum, bien bon ça. Du coup je relance avant le flop. Trois zboubs qui suivent. Flop : K, 9, 7. Le premier ouvre, ça suit puis je relance. Les autres suivent. La turn est un 9. Voilà ma carte gagnante. Là, même scénario. Ca ouvre, ça suit et moi je relance. Puis la river est une dame qui ne change rien. Tour d’enchère où ça relance bien. Moi j’avais quasiment mis tout mes sous. C’est alors le moment de montrer les jeux. J’y vais avec le cœur qui battait à bloc. Le premier avait full 9-7 et le troisième une couleur à l’As. A ce moment la croupière était dingue et moi aussi. Laisse tomber l’adrénaline quand je vois que je les défonce. Parce qu’en fait j’avoue avoir pensé au carré de 9. Et ouais, obligé. Et ça m’aurait énervé. Ensuite impossible de ramasser les quelques 150 dollars en jetons. Du coup je me permets une petite pause…Après ce coup j’ai géré. Je ne me souviens plus de tout, mais je sais que j’ai eut la paire d’as, qui m’a fait gagner une partie, et que j’ai loupé un carrée de 6 alors que j’avais 6-3 avant le flop et que bien sur je n’ai pas voulu payer. Génial ça. Finalement je monte jusqu’à 175 dollars. Petit clin d’œil aussi à Moneymaker, le nouveau vainqueur des WSOP. Dans la chambre d’hôtel avant de partir on avait regardé les WSOP 2003 avec une partie de ce fameux type qui y est allé avec 4-5 pour défoncer tout le monde. Et bien j’ai eut cette main durant la partie… J’ai hésité et je l’ai balancée. Bien sur le flop sera 4-5-5, géniale une fois de plus… 

Deuxième jour et deuxième partie. L’action ce passe au Binion’s Horseshoe. Nous sommes trois (Tom, mon frère et moi) a aller jouer au Wimbledon des tennismen, ou si vous préféré, au Stade de France des footeux. Le jeux est Texas limit 4-8 dollars et on rentre tous avec 50 dollars. Ca se passe bien, mais l’ambiance est plus détendue qu’hier, je suis moins dedans et je pense que j’ai du loupé des coups à cause de ça. Notamment un vieux qui me parlait tout le temps en me disant que je jouait trop lentement et tout plein de conneries.  Les mecs, comme au Mirage, jouent à deux mille à l’heure, ne réfléchissent jamais et paient à fond. Des vrais robots. D’ailleurs au Mirage la veille, un mec a payé toute la partie avec sa paire de 5 alors qu’à la turn il y avais déjà deux paires meilleures que la sienne. Et à la fin il trouve le moyen de se plaindre et de dire qu’il n’a pas eut de chance. Génial le pauvre type. Finalement je finis à –19 dollars. Trois parties avant la fin je suis tout seul contre un putain de cow-boy. J’ai paire de dames. Il ouvre avant le flop, je le relance, il relance, je suit. Flop 2-3-4. Il ouvre. Je suis sûr qu’il a des nèfles avec ce qui est tombé. Je le suit. Ensuite vient un 3. Puis la river est un 5. C’est bon génial. Il va me défoncer avec son As. Je paye quand même sa dernière ouverture. Il avait As-Valet. Trop content. 

Après ça, la soirée on a remis notre mode crochetage. On s’est bien allumé avec au passage un détour par le Bellagio ou Tom a joué les 50 dollars de son frère (merci bon pote). La partie était un Stud High avec une mise comprise entre 1 et 5 dollars. Tom sur les consignes de son frère joue à fond la première partie. Il gagne avec notamment une feinte de toute beauté : il m’a fait un signe de la main en montrant 3 pour faire croire au brelan. Puis rien n’est plus allé. Il s’est fait démonté mais je ne me souviens pas de tout. J’étais bien allumé. Et avec quatre tonges du Bellagio nous voici repartit dans notre mode crochetage. 

Finalement vers 9 heures du mat nous voici de retour à l’hôtel. Lever de soleil au passage sur le Mirage (trop beau) et dernière escale au Circus-Circus. Tom a joué 20 dollars au craps en jetant trois fois un dé parterre. Il a perdu. Puis on est allé à la table de black jack. On a joué Tom et moi avec un cow-boy, et la croupière était folle. Deux mecs bourrés qui font un comique de répétition avec des blagues que eux seuls peuvent comprendre. Finalement elle a fini par en rire. La mise était de trois dollars minimum Tom a tout perdu finissant par jeter sa casquette parterre en gueulant fucking casinos, ce qui n’a pas plu aux responsables des tables. Mais moi j’en pouvais plus, trop marrant. Moi j’ai sauvé quelques dollars pour aller à la roulette. D’où direction la roulette de notre hôtel, le Riviera, mise minimum 5 dollars. En jouant trois fois le noir je réussis à gagner 50 dollars… je paie ma tournée de bière et voilà, Vegas c’est finis. Au lit, qui dort bien dort plein… il est tout de même 10h30, on doit rendre les chambres à 12h. pas de panique…

 Bilan positif à tous les niveaux. Que du bonheur, beaucoup de plaisir et de sensations fortes. Pour une première en cercle c’était pas mal… Avec des moments de ouf bien imbibés d’alcool. 

Zin, reporter pour le Moscupoker tennisclub of La Ravoire.